Liturgie, intercommunion ou séparation?

Les chrétiens issus des différents horizons confessionnels sont parfois amenés à communier ensemble. Mais cette pratique ne fait pas l’unanimité, malgré les appels du pied des protestants et les signaux récent envoyés par le pape François.

L’intercommunion désigne le fait de communier entre chrétiens de différentes confessions. On parle aussi d’hospitalité eucharistique. Ces différents termes constituent les pierres les plus importantes de l'oecuménisme. Pourtant, toutes les Eglises n’accueillent pas de la même manière à leur table eucharistique les chrétiens issus d’autres horizons.

Si les Eglises issues de la Réforme protestante y sont très ouvertes, on ne peut pas dire que cela soit le cas des orthodoxes qui ont des conditions d’accès à l’Eucharistie très restrictives. Du côté catholique, on se montre également frileux:  le «Directoire pour l’application des principes et des normes sur l’œcuménisme», publié par le Secrétariat romain pour l’unité des chrétiens en 1993, fait preuve d’une certaine ouverture en ce qui concerne les Églises orthodoxes mais reste très prudent dès qu’il est question des protestants. 

il faut encore recoudre de profondes déchirures avant de partager le même pain
Davide Pesenti
Davide Pesenti
Présentation

Davide Pesenti

Je suis né et j'ai grandi dans la partie italophone du Canton des Grisons (Val Mesolcina). J’ai étudié la théologie et les sciences des religions à l‘Université de Fribourg ainsi qu’à l’"Ateneo pontificio Sant’Anselmo" de Rome. J’ai ensuite œuvré comme assistant pastoral dans le diocèse de Coire (paroisse d’Horgen), avant d’être engagé à l’Institut de sciences liturgiques de l’Université de Fribourg en tant qu’assistant de recherche FNS et assistant diplômé. Parallèlement, je prépare une thèse doctorale au sujet des chances et des défis de la liturgie de l’Église catholique dans et pour notre monde surmoderne

L’Eucharistie est une des multiples manières à travers lesquelles le Christ se rend présent dans le temps et l'espace. Ce mystère de don, d’alliance, de communion et d’amour de Dieu adressé aux hommes est constitutivement uni à un autre mystère: celui de l’Église. En quelque sorte, ils ne font qu’un. De sorte que communier au Corps et au Sang du Christ, c’est communier à son Corps, l’Eglise, qui ne souffre d'aucune division. Pour les catholiques, la réflexion sur l'accès à la communion eucharistique s'établit sur cette base théologique.

Nous ne pouvons pas négliger les disputes et les divisions, jusqu’à nos jours douloureuses, regrettables, entre frères et sœurs dans le Christ. Certes, le XXe siècle a été marqué par un élan œcuménique profond. Les différentes Eglises et communautés chrétiennes se sont rapprochées. Elles ont engagé de nouvelles formes de relations, entre autre dans des célébrations liturgiques.

Toutefois, cette démarche d’écoute respectueuse, de connaissance réciproque et d’ouverture à l’inconnu reste inachevée. Sur ce chemin ecclésial, il faut encore recoudre de profondes déchirures avant de partager le même pain, signe de l’unité de tous les chrétiens en Christ. Dans cette perspective, l’« l’intercommunion » représente le but vers lequel diriger nos regards et orienter nos efforts.

Il est déjà possible d’intercommunier autour de la table de la Parole
Martin Hoegger
Martin Hoegger
Présentation

Martin Hoegger

Je suis pasteur (retraité) de l'Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV). J’ai aussi été secrétaire exécutif de la Communauté des Eglises chrétiennes dans le canton de Vaud et exerce actuellement un ministère d'accompagnement spirituel dans la Communauté de Saint Loup. Mon site internet : www.hoegger.org contient de nombreux écrits sur la spiritualité et l’œcuménisme.

En juillet dernier, j’ai participé à une célébration mémorable dans l’Eglise paroissiale de Wittenberg, là où Martin Luther a exercé son ministère. Derrière la table de communion les responsables des Eglises catholique, réformée, luthérienne et méthodiste ont signé une déclaration commune sur la justification par la foi. Une grande joie a envahi mon cœur et je me suis mis à rêver: si ces évêques et présidents d’Eglises, au plus haut niveau, se sont mis d’accord pour affirmer ensemble d’une même voix le salut en Jésus qu’est-ce qui empêche encore de le célébrer dans l’eucharistie autour de cette même table? L’intercommunion signifie justement que les ministres de différentes Eglises célèbrent ensemble le sacrement de l’unité, en reconnaissant mutuellement leur ministère. Quand Jésus a prié son Père afin que ses disciples soient un, comme lui est un avec le Père, je pense qu’il priait pour tous les aspects de notre vie, mais il avait aussi dans son cœur la sainte cène, ce moment particulier de la vie de son Eglise qui se rassemble autour d’une table pour refaire le geste du partage du pain et du vin qu’il venait d’instituer.

Que dans cette célébration les ministres soient unis dans l’amour, se reconnaissant les uns les autres! Si tels sont la prière, le désir et le testament du Christ, que faire sinon de prier, travailler et suer pour ôter les obstacles à l’intercommunion qui demeurent encore aujourd’hui? De part et d’autre des conversions seront nécessaires pour répondre à l’appel du Christ à l’unité qui nous dépasse toujours, mais aussi nous stimule. Mais dès maintenant il est déjà possible aux ministres – et avec eux au peuple de l’Eglise – "d’intercommunier" autour de la table de la Parole, dans le témoignage rendu au Christ et dans le service du prochain. Dans ces actions communes la lumière du Christ est donnée et nous tire en avant pour aller vers une intercommunion eucharistique, car là où amour et charité sont présents, là est le Christ. Et cela nous pouvons le vivre dès maintenant!