Croire aux dons de guérison: une spécificité vaudoise? Non, romande!

i
© CC Flickr/Andrew Scater

Croire aux dons de guérison: une spécificité vaudoise? Non, romande!

Croyance
L’office statistique du canton de Vaud exploitant les chiffres d’une enquête sur les «Pratiques et croyances religieuses et spirituelles en Suisse» déclare dans un récent communiqué que «six vaudois sur dix pensent que certaines personnes possèdent un don de guérison ou de voyance contre 49% des Suisses». Pour autant, ce chiffre n’illustre pas une spécificité vaudoise, mais reflète un Röstigraben selon Magali Jenny.

«Certaines personnes possèderaient un don de guérison ou de voyances, six vaudois sur dix sont prêts à en mettre leur main au feu (61%), soit davantage qu’en Suisse (49%)», nous explique le Numerus n°5 de juin, bulletin de Statistique Vaud. Une spécificité vaudoise? Non, selon Magali Jenny, maître assistante à l’université de Fribourg dont un des champs de recherche a porté sur les guérisseurs en Suisse. «Les Suisses allemands sont peut-être plus cartésiens que les Suisses romands lorsqu’il s’agit de faire appel à des guérisseurs. Il y a une grande différence entre les deux.


Si vous êtes à Berne et que vous vous intéressez au sujet des guérisseurs on s’étonnera de savoir que cela existe en Suisse. Mais il vous suffit de faire 30 km jusqu’à Fribourg et l’on vous demande tout de suite “as-tu été voir un tel pour ton enquête?”», lâche la spécialiste.

Médecines alternatives ou dons de guérison?

Les Suisses romands reconnaissent les dons de guérison sans besoin d’une expertise scientifique contrairement à nos homologues alémaniques. «En Suisse allemande on ne parle pas vraiment de dons de guérisons, en revanche les thérapeutes en médecines alternatives sont largement plus valorisés que chez les Romands. Il s’agit alors de personnes possédant des formations professionnelles, ce qu’il ne faut pas confondre avec les dons de guérisons», explique l’experte en science des religions et anthropologie sociale appliquée.

Les hôpitaux ont recours aux guérisseurs

Tous les hôpitaux romands ont des listes d’appel en cas d’urgence, notamment pour les brûlures. Pour Magali Jenny c’est «une pratique à laquelle le personnel soignant romand a recours sans difficulté alors qu’en Suisse allemande si vous posez la question dans les hôpitaux vous obtiendrez un “Nein” clair et net! En revanche, l’introduction des médecines naturelles au sein des hôpitaux suisses allemands s’est faite depuis plus longtemps que chez les Romands».

Les confessions n’influencent pas la croyance

Si le fait de croire aux dons de guérisons n’est pas l’apanage d’une confession particulière, seules les Eglises évangéliques refusent en bloc les pratiques des guérisseurs. «Des croyances très mal considérées, voire communiquées par Satan» continue Magali Jenny.

Pour en savoir plus

Magaly Jenny est l’auteure de plusieurs ouvrages consacrés aux guérisseurs en Suisse romande parus aux éditions Favre.

  • «Le guide des guérisseurs de Suisse romande - Portraits et témoignages», mars 2017. Résumé des parties théoriques des deux précédents livres et répertoire de 260 adresses.
  • «Le nouveau guide des guérisseurs de Suisse romande - Portraits et témoignages inédits», novembre 2012. Etat des lieux quatre ans après le premier livre. 230 adresses.
  • «Guérisseurs, rebouteux et faiseurs de secret en Suisse romande», 2008, suivi de nombreuses rééditions avec un répertoire d’adresses chaque fois actualisé.