Des roses kenyanes pour soutenir l’engagement écologique

i
© Istock

Des roses kenyanes pour soutenir l’engagement écologique

Coop organise une semaine d’action pour soutenir la campagne œcuménique sur le thème de la transition, en vendant des roses venues du Kenya, dès le 13 mars. Paradoxe?

«En cette saison, à savoir pendant le carême, les roses kenyanes sont – aussi paradoxal que cela puisse paraître – plus écologiques que si elles avaient été plantées dans une serre en Suisse», se justifie Maggie Pfister, responsable marketing pour l’œuvre d’entraide Action de Carême. À partir du 13 mars, Coop organise une semaine d’action pour soutenir la campagne œcuménique sur le thème de la transition, en proposant des roses équitables... venues par avion du Kenya! Pour chaque bouquet vendu, 50 centimes seront reversés aux œuvres d’entraide chrétiennes, Pain pour le prochain et Action de Carême, organisatrices de la campagne qui invite à remettre en cause les valeurs consuméristes pour lutter contre la crise écologique, économique et sociale.

«Ce sont exclusivement des roses Max Havelaar Fairtrade. En choisissant des fleurs portant le label Fairtrade, le consommateur soutient des conditions de travail équitables et une culture respectueuse de l'environnement dans les pays d'origine», précise encore Maggie Pfister. Dans les supermarchés, les roses seront vendues au prix promotionnel de 13,45 francs, les vingt roses. «Nous soutenons l'action, car il s'agit d'une coopération au développement importante. Par exemple, les dons collectés cette année vont aux familles paysannes de la République démocratique du Congo», ajoute Andrea Bergmann, porte-parole de Coop.

Les ventes de roses font partie des actions de la campagne œcuménique depuis 2005. Samedi 10 mars dernier, des équipes de bénévoles ont vendu 100'000 de ces fleurs au prix symbolique de cinq francs à travers toute la Suisse. «Cela nous permet d'avoir de la visibilité dans la rue et d’engager des discussions avec les passants, avec évidemment aussi des réactions critiques. De telles rencontres sont très importantes pour nous afin d’expliquer notre démarche à un large public. La transition commence à la base», explique Maggie Pfister.

Chaque fleur est accompagnée d’une étiquette comportant un code qui permet d’envoyer une rose virtuelle dans l’application «Give a rose». Les utilisateurs peuvent également en acheter uniquement des virtuelles. L’argent récolté participe à financer les projets d’Action de Carême et de Pain pour le prochain dans le monde entier.