Tension entre les œuvres protestantes

i
© CC Flickr/Ott1mo

Tension entre les œuvres protestantes

7 août 2017
Argent
Les dons des paroisses diminuent, alors que Pain pour le prochain poursuit son développement grâce aux dons qui lui sont directement adressés. Comme cette œuvre fait également office d’organe de répartition, les partenaires grognent.

Les comptes et rapports annuels de l’Entraide protestante suisse (EPER) et de Pain pour le prochain (PPP) ont été présentés à l’assemblée des délégués de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS). Le travail de ces deux organisations nationales a été salué par les représentants des différentes Eglises membres, réunis en juin 2017 à Berne, tout comme les activités des deux œuvres missionnaires, Mission 21 en Suisse alémanique et DM échange et mission en Suisse romande. Lors de sa présentation la présidente du conseil de fondation de PPP a toutefois jeté un pavé dans la marre. «Pain pour le prochain a dû investir beaucoup d’énergie pour corriger les interprétations erronées à notre encontre de Mission 21.»


Les paroisses versent à PPP le montant des dons aux œuvres. Charge à celle-ci de répartir la manne financière entre les différentes œuvres. Et alors que les sommes reversées diminuent, PPP diversifie ses activités, notamment dans le domaine de la consommation responsable, menant des recherches sur des thèmes comme l’accaparement des terres des populations locales, par exemple dans les zones de production d’huile de palme, ou de la mise en danger de la santé des ouvriers fabriquant les ordinateurs et téléphones. Ainsi dans un courrier adressé à plusieurs Eglises alémaniques, Mission 21 semble avoir accusé PPP de réduire les montants versés aux œuvres partenaire pour financer ses propres actions. Pas du tout, selon Bernard Du Pasquier, directeur de PPP: «le comportement des donateurs évolue avec le temps. Les dons des paroisses diminuent, alors que la générosité des donateurs individuels est stable.» Or, les dons de ces derniers ne sont pas partagés entre les quatre œuvres, notamment en raison des bonnes pratiques édictées par le service de certification des œuvres de bienfaisance Zewo.


PPP appelle d’ailleurs de ses vœux un nouveau mode de collecte, privilégiant des contacts plus directs entre les différentes œuvres et les paroisses. Une consultation sera menée cet automne.