Des milliers de responsables religieux demandent au Congrès de protéger l’Amendement Johnson

i
Signature du décret demandant à l'IRS de ne pas tenir compte de l'amendement Johnson, mai 2017 © Keystone / AP / Evan Vucci

Des milliers de responsables religieux demandent au Congrès de protéger l’Amendement Johnson

24 août 2017
Washington
Donald Trump souhaite modifier une loi qui interdit aux Eglises de faire de la politique. Près de 4000 responsables religieux s’y opposent.

Plus de 4000 responsables religieux ont signé une lettre demandant au Congrès de maintenir l'Amendement Johnson, une loi interdisant la politique en chaire que le président Donald Trump a promis de faire abroger. «En tant que leader dans ma communauté religieuse, je suis fermement opposé à tout effort pour abroger ou affaiblir la loi actuelle qui empêche les lieux de cultes de devenir le centre d'une politique partisane», peut-on lire dans la lettre rédigée par les responsables religieux qui soutiennent la séparation entre l'Eglise et l'Etat. «Changer la loi menacerait l'intégrité et l'indépendance des lieux de culte.»

La missive signée par un large éventail de ministres et de membres laïcs – allant des méthodistes aux musulmans – est portée par l'association "Americans united" qui milite pour la séparation de l'Eglise et l'Etat, et par le Comité mixte baptiste pour la liberté religieuse. Les organisations catholiques, juives et universalistes unitariennes ont également paraphé le texte qui a trouvé des adeptes de l'Alabama au Wyoming.

Au mois de février 2017, lors de son discours pour le «National prayer breakfast» Donald Trump avait fait une promesse solennelle: «Je détruirai complètement l'amendement Johnson et permettrai aux représentants de la foi de parler librement et sans crainte». Lors d'une cérémonie pour la Journée nationale de prière en mai, il avait signé un décret qui demandait au Service des impôts américains (Internal revenue service IRS) de ne pas appliquer l’amendement permettant de retirer le statut «sans but lucratif» de toutes les organisations exemptes d'impôt qui soutiennent un candidat politique ou participe à une campagne.

Au mois de juillet, le Comité des crédits de la Chambre (House appropriations committee) a décidé de poursuivre le débat sur un projet de loi de dépenses qui soutient les efforts de l'IRS pour faire respecter l'amendement. Le projet de loi doit maintenant être adopté par la Chambre et le Sénat avant qu'il ne soit signé par le président. 

La lettre aux 4000 signatures souligne qu'il n'y a rien dans la loi actuelle qui interdit les responsables religieux de soutenir un parti ou de s’opposer à des candidats politiques, de façon personnelle. «Les leaders de la foi sont appelés à dire la vérité par rapport au pouvoir, et nous ne pouvons pas le faire si nous sommes dans les rouages des machines politiques», ont déclaré les signataires. «Dans le climat politique actuel, s'engager de manière partisane  aurait un impact préjudiciable sur l'unité de la congrégation et le discours civil».