«Le dialogue avec les musulmans ne doit pas viser à les convertir»

i
© Istock

«Le dialogue avec les musulmans ne doit pas viser à les convertir»

16 janvier 2018
L’Église protestante de Rhénanie, en Allemagne, va prendre position sur les échanges entre chrétiens et musulmans afin de promouvoir l’altérité dans la foi et les croyances.

D’après Barbara Rudolph, membre du secrétariat administratif de l’Église régionale de Rhénanie, les chrétiens ne doivent pas aborder systématiquement le dialogue avec les musulmans avec l’objectif de les convertir à leur foi. «Une telle démarche peut mener à une conversion, mais en règle générale, le dialogue avec les musulmans ne doit pas obligatoirement mener à cela», a déclaré la théologienne au Service de presse protestant (EPD) à Düsseldorf. Le synode régional de l’Église protestante de Rhénanie prévoit une prise de position théologique sur les échanges entre les deux religions.

Une première proposition sur ce thème défend l’idée d’une attitude de respect et d’estime envers «l’altérité dans la foi, et les croyances qui l’accompagnent». Barbara Rudolph a défendu ce document contre les critiques qui y voyaient une posture trop tiède. «Nous la considérons au contraire comme tout à fait offensive», a déclaré cette directrice du département «Théologie et Œcuménisme» du secrétariat administratif de l’Église régionale: «Nous nous lançons un défi: celui de prendre vraiment au sérieux la diversité et le pluralisme religieux de notre société».

Les échanges avec les représentants des communautés musulmanes pour la préparation de fêtes de quartier n’ont pas pour objectif la conversion de ces personnes, a poursuivi Barbara Rudolph. Ils visent cependant à expliquer et à clarifier «pourquoi nous nous engageons dans ces espaces, en notre qualité de chrétiens, et avec quelles intentions». Cela implique «certainement la transmission du message du Christ», a affirmé la théologienne.

Le reflet de l'expérience théologique

Le débat à l’ordre du jour au synode doit «se faire le reflet théologique de l’expérience accumulée depuis 30 ans par nos fidèles dans leurs rencontres avec des musulmans». Il s’agit d’offrir une orientation d’ordre théologique aux presque 700 paroisses rhénanes. Avec près de 2,6 millions de fidèles, l’Église de Rhénanie est la deuxième des 20 Églises régionales protestantes allemandes en termes de population.

«Certaines communautés n’ont quasiment aucun contact avec l’islam», a précisé Barbara Rudolph. Celles-ci restent le plus souvent particulièrement sur la réserve. «Et d’autres, comme celles de Duisbourg, de Cologne, de Solingen ou d’Essen, entretiennent depuis longtemps des relations fructueuses [avec cette religion].» Dans ces cas-là, on peut par exemple se demander comment impliquer des musulmans dans un culte œcuménique organisé en ouverture d’une fête de quartier. D’autres interrogations très concrètes seront également abordées: «Comment gérer la célébration d’un culte de Noël dans les écoles primaires? Et le mariage entre une chrétienne et un musulman?»