Mes vacances à Tchernobyl

i
Mark Rubens / Istock

Mes vacances à Tchernobyl

7 mai 2018
Auschwitz, Tchernobyl, Ground Zero : depuis quelques années, les lieux de catastrophes attirent des touristes du monde entier. Comment les survivants de ces catastrophes perçoivent-ces visiteurs ? Visiter un lieu de mémoire, est-ce s’informer ou le profaner?

Vous êtes plutôt mer ou montagne? Certains sont plutôt terrains vagues et prisons désaffectées. Depuis quelques années, le tourisme mémoriel a la cote. Auschwitz, Tuol Sleng au Cambodge, Tchernobyl et plus récemment Fukushima: les lieux de catastrophes et de génocides attirent des visiteurs du monde entier dont les selfies décalés se retrouvent sur Facebook. Comment les survivants de ces catastrophes perçoivent-ils ce tourisme d’un genre nouveau ? Visiter un lieu de mémoire, est-ce s’informer ou le profaner ? Reportage de Carol Haefliger à Tchernobyl suivi d’un plateau avec Brigitte Sion, chercheuse à l’UNIGE et Niels Ackermann, photographe.